Exposition Nancy au cinéma

Exposition Nancy au cinéma

Venez à la découverte de la ville de Nancy dans les films !

L’exposition « Nancy au cinéma », jusqu’au 30 novembre,  salle Kolb, Bibliothèque Universitaire Droit et Sciences économiques (11 place Carnot 54000 Nancy).

Entrée libre

Les Bobines de l’Est vous proposent un zoom sur la ville aux portes d’Or dans les longs-métrages de fiction. Dessinées par Théo D. graphiste, ces illustrations aux couleurs de la Lorraine apportent un regard particulier sur le patrimoine régional.

Junga

Junga

  • Nationalité : Indienne
  • Année de production : 2017
  • Réalisateur : Gokul
  • Scénaristes : Gokul
  • Distribution : Night ed Films

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scènes dans les rues de Vic-sur-Seille (Moselle)

Vic-sur-Seille (Moselle) a accueilli une équipe bollywoodienne venue tourner en Lorraine l’espace d’une journée plusieurs scènes du film à gros budget Junga. Cette superproduction tire son nom de l’héroïne interprétée par l’une des étoiles montantes du cinéma indien, à savoir l’actrice Sayesha Saigal.

Sous les airs étonnés et curieux de nombreux habitants, une quinzaine de professionnels ont réalisé des dérapages et de nombreuses cascades dans les rues de Vic-sur-Seille. La prise la plus spectaculaire fut peut-être la course poursuite entre un taxi parisien et deux berlines allemandes pilotées par des mafieux armés.

Acteurs, cascadeurs, caméramans, maquilleurs, près de 70 personnes ont au total participé au tournage à Vic-sur-Seille sous un Soleil magnifique. Débuté à Paris puis au Château de Chambord, celui-ci se poursuivra prochainement en Autriche.

 

Synopsis : Junga Mariappan, un parrain de la mafia, entreprend un voyage à travers la France et l’Europe. Son but : retrouver les dealers qui ont tué son meilleur ami et, le venger, coûte que coûte.

 

  • Action

Pearl

Pearl

  • Nationalité : Française
  • Année de production : 2017
  • Réalisateur : Elsa Amiel
  • Scénaristes : Elsa Amiel, Laurent Larivière
  • Production : Unité de production
  • Distribution : Haut et Court

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scènes à Metz (Moselle)

Synopsis : Léa Pearl s’apprête à concourir pour le prestigieux titre de Miss Heaven. Son entraîneur, Al, espère, grâce à elle, revenir sur le devant de la scène et rien ne pourra les détourner de cet objectif… Mais à quelques heures de la finale, Ben, l’ex-mari Léa débarque avec Joseph, leur enfant, qu’elle n’a pas vu depuis 4 ans.

  • Drame

Marvin ou la belle éducation

Marvin ou la belle éducation

  • Nationalité : française
  • Année de production : 2016
  • Réalisateur : Anne Fontaine
  • Scénaristes : Pierre Trividic, Anne Fontaine
  • Production : P.A.S. Productions, Ciné@
  • Distribution : Mars Distribution

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scènes dans les Vosges : Xertigny, Gérardmer et Épinal

C’est dans les Vosges qu’Anne Fontaine, la réalisatrice franco-luxembourgeoise, a choisi de tourner « Marvin », son nouveau film adapté du best-seller « En finir avec Eddie Bellegueule ». Paru aux Éditions du Seuil en février 2014, le premier roman d’Edouard Louis, histoire universelle, véritable coup de poing littéraire, a été vendu à trente mille exemplaires. Le livre a été traduit dans le monde entier..

Le tournage commence au  collège Camille-Claudel de Xertigny. Le CDI de l’établissement a été muté en bureau de production. Une trentaine de figurants, quasiment tous collégiens dans l’établissement, jouent la comédie. Jean-Luc Brézillon, principal du collège, fait des va-et-vient entre l’entrée et la salle de classe. Ce dernier a lui-même été recruté par l’équipe du film pour jouer un rôle. « C’est une petite apparition. Je suis le principal du collège et je viens présenter ma remplaçante aux élèves car je vais quitter l’établissement», confie-t-il. Après cette étape xertinoise, le tournage se poursuit à Épinal.

 

 

Synopsis : Martin Clément, né Marvin Bijou, a fui. Il a fui son petit village des Vosges. Il a fui sa famille, la tyrannie de son père, la résignation de sa mère. Il a fui l’intolérance et le rejet, les brimades auxquelles l’exposait tout ce qui faisait de lui un garçon «différent». Envers et contre tout, il s’est quand même trouvé des alliés. D’abord, Madeleine Clément, la principale du collège qui lui a fait découvrir le théâtre, et dont il empruntera le nom pour symbole de son salut. Et puis Abel Pinto, le modèle bienveillant qui l’encouragera à raconter sur scène toute son histoire. Marvin devenu Martin va prendre tous les risques pour créer ce spectacle qui, au-delà du succès, achèvera de le transformer.

 

 

  • Drame

La Lorraine au cinéma en plein Festival

La Lorraine au cinéma en plein Festival

Dans le cadre de la 24e édition du Festival International du Film de Nancy, les illustrations « La Lorraine au cinéma » sont exposées dans le hall de l’Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel. C’est en accès libre et l’entrée est gratuite !

Vous avez donc jusqu’au 13 septembre pour (re)découvrir l’exposition graphique consacrée aux inscriptions de la Lorraine dans les films du début du cinéma à nos jours.

 

 

La Semaine

La Semaine

Direct FM

Direct FM

Quand les frères Lumière filmaient la place Stanislas à Nancy

Dans une exposition à découvrir jusqu’au 7 avril à la médiathèque de Laxou, Les Bobines de l’Est ont réuni les œuvres graphiques réalisées par Théo-D, à partir d’arrêts sur image de films. Parmi ces images, on retrouve un cliché réalisé par les frères Lumière à Nancy.

Les Bobines de l’Est a « déterré » un cliché historique ; une prise de vue des frères Lumières en 1899, sur la place Stanislas à Nancy. Les inventeurs du cinéma y ont tourné 39 secondes de films, dans lesquelles on voit tout simplement les passants du 19ème siècle déambuler à pieds, ou en calèche. Ce film des frères Lumières est à découvrir jusqu’au mois de septembre sur le site des Bobines de l’Est.

Au total, une centaine de films a été recensée jusqu’à aujourd’hui ; des films sortis au cinéma et datés de 1899 à 2015, qui incluent la Lorraine. Ils ont pu être tournés dans la région, ou bien avoir mis en avant un produit du terroir lorrain. « On va regarder beaucoup de films, interroger des bases de données, des personnes qui ont pu assister à un tournage, ou encore les institutions », précise Delphine Le Nozach, l’objectif étant d’établir un large catalogue.

Une grande partie de ce travail de recherche est donc à découvrir jusqu’au 7 avril à la médiathèque de Laxou, à travers le travail graphique de l’artiste Théo-D.

L’exposition se veut itinérante, et devrait investir d’autres lieux culturels en Lorraine, voire dans le Grand Est. Les personnes intéressées peuvent même prolonger l’expérience, grâce à l’application « les Bobines de l’Est », qui propose des parcours cinématographiques.

Enfin, à noter, que tout le monde est invité à contribuer au travail de recherche des Bobines de l’est. Un formulaire participatif est mis en ligne sur le site internet des bobines, dans lequel vous pouvez indiquer les films qui parlent de la Lorraine ou même du Grand Est.

Alicia Méchin

Est Républicain

Est Républicain

L’application mobile Les Bobines de l’Est

L’application mobile Les Bobines de l’Est

Le projet Les Bobines de l’Est s’intéresse à la présence de la région Grand Est dans le cinéma. De 1899 à aujourd’hui, ces insertions filmiques constituent un inédit catalogue de longs-métrages et mettent en lumière la richesse de la région et ses différents visages cinématographiques. Parcourez le site internet (www.lesbobinesdelest.com) et laissez-vous surprendre par la cartographie de lieux familiers mis en scène par les réalisateurs de fiction.

Des parcours découverte dans votre smartphone

L’application mobile dédiée au projet permet d’établir des parcours de la région à travers les films. Grâce à la géolocalisation, vous êtes guidés à travers la Lorraine et (re)découvrez votre territoire et votre patrimoine sous les projecteurs du 7e art. Ces excursions originales insufflent une dimension touristique et populaire au projet. Prêt(e) pour l’exploration ? Il vous suffit de télécharger l’application gratuite sur l’App Store ou sur Google Play.

 

L’article complet.

Conception des illustrations Les Bobines de l’Est

Conception des illustrations Les Bobines de l’Est

Théo-D nous explique sa démarche créative pour la conception des illustrations Les Bobines de l’Est et nous expose quelques réalisations.  Vous pouvez découvrir l’ensemble de son travail graphique sur son site.

« Il y a quelques mois, Delphine Le Nozach (Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université de Lorraine) m’a présenté son projet : répertorier chaque lieu de Lorraine (très prochainement du Grand Est) représenté dans un film. Projet initié dans le cadre de ses travaux de recherches et porté par le Centre de recherche sur les médiations.

Ma mission ?

J’ai réalisé un peu plus de soixante illustrations inspirées de films tournés dans le Grand Est (Citer film). Mon travail a été exposé à l’UGC Ciné Cité de Ludres en présence du réalisateur Philippe Claudel.

J’avais pour objectif de mettre en valeur les éléments dits remarquables et notamment patrimoniaux du Grand Est. Ma principale difficulté a été de garder une cohérence entre chaque visuel. 

Comme vous le constaterez ci-dessous, ces illustrations ont également été déclinées en divers documents : kakémono, invitation, flyers, affiches, visuels pour le cinéma, afin de promouvoir le projet et l’événement. »