Les Grandes Gueules

Les Grandes Gueules

  • Nationalité : France
  • Année de production : 1965
  • Réalisateur : Robert Enrico
  • Scénaristes : Robert Enrico, José Giovanni
  • Production : Belles rives productions, Société Nouvelle de Cinématographie
  • Distribution : Société Nouvelle de Cinématographie

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scènes à Gérardmer (Vosges) : Mairie, l’hôtel de la Jamagne, le café Abraham, et la scierie du Haut Fer au lieu-dit La Clairière de Cellet
  • scènes à La Bresse, Saint-Dié, Bertrichamps, Val-et-Châtillon, Le Haut-du-Tôt et Vagney (Vosges)

Le film a entièrement été tourné dans les Vosges et l’équipe du film a séjourné au village de Vagney plusieurs semaines durant l’été 1965. Une scène a particulièrement marqué les esprits : la fête des Bûcherons, place Caritey.

À l’époque, le 14 juin 1965, la foule envahit le village. Selon la presse, 10 000 personnes ont assisté au tournage de cette séquence. Depuis, le film est devenu mythique pour les Vosgiens. En 2015, soit 50 ans après le tournage, ils se mobilisent pour faire revivre la fête des bûcherons. « Les gens se sont complètement approprié ce film et cette histoire. Le thème du roman de José Giovanni est très original et ce côté western vosgien reste aujourd’hui encore très contemporain. Il y a développé des notions comme celles de la réinsertion, du regard du voisin, de l’étranger et l’amitié. Le tournage dirigé par Robert Enrico dans un secteur isolé à Cellet, là où il y avait le haut-fer, cela donne au film un aspect intemporel », raconte Jean-Pascal Voirin, auteur du livre « L’extraordinaire aventure des Grandes Gueules » (Vosges Matin, 24 juin 2015).

Si le territoire vosgien est placé dans le film, le long-métrage a également marqué les lieux. Par exemple, le café Chevillot a été rebaptisé le café des Grandes Gueules.

 

Synopsis : Hector Valentin revient dans ses Vosges natales hériter de la scierie familiale. Il embauche plusieurs repris de justice sans se soucier de Therraz, l’homme fort de la vallée.

  • Bar
  • Comédie dramatique
  • Forêt

L’Héritier

L’Héritier

  • Nationalité : France
  • Année de production : 1973
  • Réalisateur : Philippe Labro
  • Scénaristes : Philippe Labro, Jacques Lanzmann
  • Production : Cinétel, Euro International Film, President Film
  • Distribution : Valoria Films, Mercury Films, Studio Canal

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scène à Thionville (Moselle)
  • plans sur les hauts-fourneaux et la vierge de Hayange (Moselle)
  • mentions sonores : « Fiche 36, Marceau, le contre-maître de l’atelier 4, à Cordell Thionville », « Quand nous visiterons l’usine de Thionville, après l’enterrement de mon père… », « Je veux bien vous concéder Saint-Nazaire et Longwy mais pas Thionville… » et « OK, une journée à Thionville et après je pars pour Rome »

Bart Cordell (Jean-Paul Belmondo) se rend à Thionville pour visiter l’une de ses usines et en rencontrer les ouvriers. Des plans du film montrent Notre-Dame de Hayange également appelée La Vierge de Hayange, symbole d’espoir qui illumine la ville. Pour l’anecdote, cette statue a subi plusieurs restaurations dont une majeure en 1982 et Jean-Paul Belmondo a fait partie des donateurs qui ont rendu possible cette rénovation..

 

Synopsis : Fils à papa et playboy renommé, Cordell se retrouve à la tête d’un véritable empire à la mort de son père. Pas vraiment préparé pour être un homme d’affaires, Cordell va devoir faire ses preuves…

  • Drame
  • Usine