Junga

Junga

  • Nationalité : Indienne
  • Année de production : 2017
  • Réalisateur : Gokul
  • Scénaristes : Gokul
  • Distribution : Night ed Films

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scènes dans les rues de Vic-sur-Seille (Moselle)

Vic-sur-Seille (Moselle) a accueilli une équipe bollywoodienne venue tourner en Lorraine l’espace d’une journée plusieurs scènes du film à gros budget Junga. Cette superproduction tire son nom de l’héroïne interprétée par l’une des étoiles montantes du cinéma indien, à savoir l’actrice Sayesha Saigal.

Sous les airs étonnés et curieux de nombreux habitants, une quinzaine de professionnels ont réalisé des dérapages et de nombreuses cascades dans les rues de Vic-sur-Seille. La prise la plus spectaculaire fut peut-être la course poursuite entre un taxi parisien et deux berlines allemandes pilotées par des mafieux armés.

Acteurs, cascadeurs, caméramans, maquilleurs, près de 70 personnes ont au total participé au tournage à Vic-sur-Seille sous un Soleil magnifique. Débuté à Paris puis au Château de Chambord, celui-ci se poursuivra prochainement en Autriche.

 

Synopsis : Junga Mariappan, un parrain de la mafia, entreprend un voyage à travers la France et l’Europe. Son but : retrouver les dealers qui ont tué son meilleur ami et, le venger, coûte que coûte.

 

  • Action

Pearl

Pearl

  • Nationalité : Française
  • Année de production : 2017
  • Réalisateur : Elsa Amiel
  • Scénaristes : Elsa Amiel, Laurent Larivière
  • Production : Unité de production
  • Distribution : Haut et Court

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scènes à Metz (Moselle)

Synopsis : Léa Pearl s’apprête à concourir pour le prestigieux titre de Miss Heaven. Son entraîneur, Al, espère, grâce à elle, revenir sur le devant de la scène et rien ne pourra les détourner de cet objectif… Mais à quelques heures de la finale, Ben, l’ex-mari Léa débarque avec Joseph, leur enfant, qu’elle n’a pas vu depuis 4 ans.

  • Drame

Marvin ou la belle éducation

Marvin ou la belle éducation

  • Nationalité : française
  • Année de production : 2016
  • Réalisateur : Anne Fontaine
  • Scénaristes : Pierre Trividic, Anne Fontaine
  • Production : P.A.S. Productions, Ciné@
  • Distribution : Mars Distribution

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scènes dans les Vosges : Xertigny, Gérardmer et Épinal

C’est dans les Vosges qu’Anne Fontaine, la réalisatrice franco-luxembourgeoise, a choisi de tourner « Marvin », son nouveau film adapté du best-seller « En finir avec Eddie Bellegueule ». Paru aux Éditions du Seuil en février 2014, le premier roman d’Edouard Louis, histoire universelle, véritable coup de poing littéraire, a été vendu à trente mille exemplaires. Le livre a été traduit dans le monde entier..

Le tournage commence au  collège Camille-Claudel de Xertigny. Le CDI de l’établissement a été muté en bureau de production. Une trentaine de figurants, quasiment tous collégiens dans l’établissement, jouent la comédie. Jean-Luc Brézillon, principal du collège, fait des va-et-vient entre l’entrée et la salle de classe. Ce dernier a lui-même été recruté par l’équipe du film pour jouer un rôle. « C’est une petite apparition. Je suis le principal du collège et je viens présenter ma remplaçante aux élèves car je vais quitter l’établissement», confie-t-il. Après cette étape xertinoise, le tournage se poursuit à Épinal.

 

 

Synopsis : Martin Clément, né Marvin Bijou, a fui. Il a fui son petit village des Vosges. Il a fui sa famille, la tyrannie de son père, la résignation de sa mère. Il a fui l’intolérance et le rejet, les brimades auxquelles l’exposait tout ce qui faisait de lui un garçon «différent». Envers et contre tout, il s’est quand même trouvé des alliés. D’abord, Madeleine Clément, la principale du collège qui lui a fait découvrir le théâtre, et dont il empruntera le nom pour symbole de son salut. Et puis Abel Pinto, le modèle bienveillant qui l’encouragera à raconter sur scène toute son histoire. Marvin devenu Martin va prendre tous les risques pour créer ce spectacle qui, au-delà du succès, achèvera de le transformer.

 

 

  • Drame

Petit paysan

Petit paysan

  • Nationalité : France
  • Année de production : 2017
  • Réalisateur : Hubert Charuel
  • Scénaristes : Hubert Charuel et Claude Le Pape
  • Production : Domino Films, France 2 Cinéma
  • Distribution : Pyramide Distribution

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • produit régional : la bouteille d’eau de Vittel (Vosges)

 

Synopsis : Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s’organise autour de sa ferme, sa sœur vétérinaire et ses parents dont il a repris l’exploitation. Alors que les premiers cas d’une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l’une de ses bêtes est infectée. Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n’a rien d’autre et ira jusqu’au bout pour les sauver.

  • Drame
  • Produit

C’est ça l’amour

C’est ça l’amour

  • Nationalité : France
  • Année de production : 2017
  • Réalisateur : Claire Burger
  • Scénaristes : Claire Burger
  • Production : Dharamsala, Arte
  • Distribution : Mars Distribution

« Le processus de travailler dans les infrastructures de la ville mais aussi de faire participer tous les habitants, c’est quelque chose que je trouve assez joyeux et qui me plaît beaucoup. » Claire Burger, France 3 Lorraine

 

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scènes à Forbach (Moselle) : le théâtre Le Carreau, l’église Saint-Rémy, la mairie de la ville, le collège Jean-Moulin
  • scènes à Freyming-Merlebach (Moselle) : l’église de la Chapelle, la salle Gouvy

Le deuxième long-métrage de Claire Burger, C’est ça l’amour, se déroule à Forbach. Après le succès de Party Girl, la réalisatrice forbachoise se livre un peu plus en racontant sa propre histoire. Elle s’est entourée de comédiens amateurs et de 850 figurants locaux pour réaliser son film.

 

Synopsis : L’histoire de Mario, un homme qui tient la maison depuis que sa femme est partie. Désormais, il doit élever seul ses deux filles, adolescentes en crise. Frida, 14 ans, lui reproche le départ de sa mère. Niki, 17 ans, rêve de quitter la maison. Mario, lui, attend toujours le retour de sa femme.

  • Drame

Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc

Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc

  • Nationalité : France
  • Année de production : 2017
  • Réalisateur : Bruno Dumont
  • Scénaristes : Bruno Dumont, Charles Péguy, Catherine Charrier
  • Production : TAOS, Arte France
  • Distribution : Memento Films Distribution

Présence de la région Grand Est dans le film : si le film se passe à Domrémy (Vosges), le tournage s’est déroulé en région Hauts-de-France ; la région Grand Est n’est pas présente à l’image.

 

Synopsis : Domrémy, 1425. Jeannette n’est pas encore Jeanne d’Arc, mais à 8 ans elle veut déjà bouter les anglais hors du royaume de France. Inspirée du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc (1910) et de Jeanne d’Arc (1897) œuvres de Charles Péguy, la Jeannette de Bruno Dumont revisite les jeunes années d’une future sainte sous forme d’un film musical à la BO électro-pop-rock signée Gautier Serre, alias Igorrr et aux chorégraphies signées Philippe Decouflé.

  • Musical

Un amour impossible

Un amour impossible

  • Nationalité : France
  • Année de production : 2017
  • Réalisateur : Catherine Corsini
  • Scénaristes : Catherine Corsini, Laurette Polmanss
  • Production : Chaz Productions
  • Distribution : Le Pacte

« L’équipe a découvert à Gérardmer un « décor merveilleux. » » Vosges Matin, 4 juillet 2017

« Les membres de l’équipe sont ravis du décor qu’ils ont découvert ici. Pour la plupart d’entre eux, ils ne connaissaient pas la région »

Un des figurants, Vosges Matin, 5 juillet 2017

 

Présence de la région Grand Est dans le film : scènes à Géradmer (Vosges), le lac, le ponton et le Lido

L’action se déroule sur le ponton du Lido et certains scènes sont tournées sur le lac à bord de pédalos des années 50/60. Sur l’affiche, en arrière-plan de l’image, nous voyons le lac de Gérardmer, lieu primordial dans le film.

 

Synopsis : L’histoire d’Un amour impossible, selon la présentation de son éditeur, Flammarion : « Pierre et Rachel vivent une liaison courte mais intense à Châteauroux à la fin des années 1950. Pierre, érudit, issu d’une famille bourgeoise, fascine Rachel, employée à la Sécurité Sociale. Il refuse de l’épouser, mais ils font un enfant. L’amour maternel devient pour Rachel et Christine le socle d’une vie heureuse. Pierre voit sa fille épisodiquement. Des années plus tard, Rachel apprend qu’il la viole. Le choc est immense. Un sentiment de culpabilité s’immisce progressivement entre la mère et la fille. »

  • Drame
  • Lac

Nos patriotes

Nos patriotes

  • Nationalité : France
  • Année de production : 2016
  • Réalisateur : Gabriel Le Bomin
  • Scénaristes : Gabriel Le Bomin
  • Production : Vertigo Productions, France 3 Cinéma, La Vérité Production
  • Distribution : Paname Distribution

« Cet environnement concret nous donnait la responsabilité d’être fidèles à l’émotion et au message que ce film peut transmettre. Il fallait aussi respecter la mémoire de ceux et celles qui ont vécu cette période et qui la revivront peut-être à travers nous… […] se retrouver sur les lieux mêmes où les choses se sont déroulées a amené un supplément d’âme qui nous aide à rendre cette émotion palpable au spectateur… »

Gabriel Le Bomin (Dossier de presse du film)

« On avait vraiment envie de rester en France pour raconter cette histoire française et d’avoir une vérité des décors et de tourner carrément dans les décors où ça s’est passé »

Gabriel Le Bomin, Est Républicain 12 juin 2017

 

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scènes à Gérardmer, Granges-sur-Vologne, Corcieux, Mandray, Fraize, Épinal, Senones, Rambervillers et au fort d’Uxegney (Vosges)
  • scènes à Nancy (Meurthe-et-Moselle) : le Palais du Gouvernement, la rue des Écuries, la place Carrière, le parc de la Pépinière, la basilique Saint-Epvre

Nos patriotes a été tourné dans les Vosges notamment à Gérardmer, à Granges-sur-Vologne ou à Corcieux. Pour les scènes de schlittage, très réalistes et filmées à la manière d’un documentaire, les Hattatos (Association de sauvegarde du patrimoine culturel et artisanal) ont participé en initiant l’acteur principal (Marc Zinga) à cette technique ancestrale du massif vosgien.

Par ailleurs, le film dévoile quelques scènes à Nancy (Meurthe-et-Moselle). La ville a été choisie pour certains extérieurs et pour le Palais du Gouvernement transformé en Kommandantur. Lors des préparatifs, Gabriel Le Bomin a également repéré la rue des Écuries, entre la place Carrière et le parc de la Pépinière, pour ses passerelles métalliques ainsi que les rues avoisinant la basilique Saint-Epvre. Pour le réalisateur, c’est un quartier ancien  dont le décor n’a pas beaucoup bougé depuis la guerre. Ainsi, ces rues ont accueilli la scène du début du film dans laquelle l’institutrice (Alexandra Lamy) fait savoir au fuyard qu’il ne peut pas errer dans une zone occupée sans papiers.

 

Synopsis : Après la défaite française de l’été 1940, Addi Ba, un jeune tirailleur sénégalais s’évade et se cache dans les Vosges. Aidé par certains villageois, il obtient des faux papiers qui lui permettent de vivre au grand jour. Repéré par ceux qui cherchent à agir contre l’occupant et qui ne se nomment pas encore « résistants », il participe à la fondation du premier « maquis » de la région.

  • Fort
  • Historique

Personal Shopper

Personal Shopper

  • Nationalité : France
  • Année de production : 2016
  • Réalisateur : Olivier Assayas
  • Scénaristes : Olivier Assayas
  • Production : CG Cinéma, Vortex Sutra, Sirena Film
  • Distribution : Les Films du Losange

Présence de la région Grand Est dans le film : scènes à Jarny (Meurthe-et-Moselle).

 

Synopsis : Maureen, une jeune américaine à Paris, s’occupe de la garde-robe d’une célébrité. C’est un travail qu’elle n’aime pas mais elle n’a pas trouvé mieux pour payer son séjour et attendre que se manifeste l’esprit de Lewis, son frère jumeau récemment disparu. Elle se met alors à recevoir sur son portable d’étranges messages anonymes…

 

  • Fantastique
  • Thriller