La présence de la région Grand Est dans les films, et plus spécifiquement celle de la Lorraine, révèle que le territoire régional est associé à plusieurs thématiques récurrentes.

La région est composée de grandes métropoles – comme Nancy (Meurthe-et-Moselle) et Metz (Moselle), de villes plus modestes mais aussi de villages situés au cœur de la campagne. Ces zones multiples dévoilent à l’écran un contraste entre urbanité et ruralité.

Les films témoignent également de la richesse de la culture lorraine. Ils exposent son patrimoine Art Nouveau ainsi que des œuvres du peintre naturaliste issu de l’École de Nancy, Émile Friant. Outre son héritage passé, le visage culturel de la région se conjugue aussi au  présent : Art contemporain, formes de cultures populaires et éducation artistique.

Nombres d’œuvres cinématographiques s’ancrent dans de grandes périodes historiques pour dérouler leur histoire. La région ayant été le front de la guerre – Première et Seconde Guerres Mondiales -, elle constitue un théâtre authentique et privilégié. Certains longs-métrages s’intéressent aux soldats et se concentrent sur les actions militaires tandis que d’autres, au contraire, se focalisent sur la vie des civils pendant cette période troublée.

De la même manière, la puissance de l’industrie régionale offre aux réalisateurs un paysage singulier pour appuyer leur choix de mise en scène. Le site des hauts fourneaux est particulièrement représenté dans notre corpus filmique dès qu’il est question de sidérurgie. Par ailleurs, quelques usines et entreprises lorraines sont utilisées en tant que décor de cinéma.

Les réalisateurs trouvent dans les terres de Lorraine des espaces propices au divertissement : journées de repos au lac – flâneries dans les parcs – haltes dans les cafés, les bars ou les restaurants – soirées au cinéma, au concert ou au cabaret… Les films présentent la région sous un angle convivial et festif.