Une enfance

Nationalité : France
Année de production : 2015
Réalisateur : Philippe Claudel
Scénariste : Philippe Claudel
Production : Les Films du Losange, France 3 Cinéma
Distribution : Les Films du Losange

« Je rêvais depuis longtemps de filmer la petite ville où je suis né et où je vis, une ville singulière, mi industrielle, mi campagnarde, et dont la composition sociologique permet de parler d’une certaine France d’aujourd’hui. »

« Dombasle est une cité industrielle située dans l’extrême banlieue de Nancy, en lisière de campagne. L’une de ses spécificités est d’avoir été modelée par la présence, dès la fin du XIXe siècle, d’une grosse usine qui fabriquait et fabrique encore, du carbonate de soude. Le groupe belge Solvay auquel elle appartient avait une philosophie paternaliste : il a fait construire des logements pour tous ses employés, de l’ouvrier au directeur, des écoles, une bibliothèque, un hôpital, un stade, une salle des fêtes. Ces bâtiments ont la particularité d’être en brique rouge comme en Belgique ou dans le nord de la France, ce qui est très inhabituel en Lorraine. Ce qui peut surprendre aujourd’hui c’est que bien des rues ont d’un côté des cités ouvrières comme celles dans laquelle habite Jimmy, le personnage principal, et de l’autre des maisons bourgeoises d’ingénieurs, de directeurs, à l’image de celle où a lieu le goûter d’anniversaire dans le film. Les deux décors, dans la réalité, se font face : dix mètres à peine les séparent. »

« Une autre curiosité de Dombasle, c’est l’intrication de la nature dans la ville. On ne voit jamais, il me semble, ce genre de paysage au cinéma. Dans cette ville, on passe sans transition d’un champ avec des vaches à un entrepôt industriel, des bords bucoliques d’une rivière ou d’un canal au corps monstrueux et bruyant d’une sorte de haut-fourneau. La nature est présente partout, et pas seulement dans les jardins ouvriers de la barre de cités ouvrières où nous avons tourné, dont l’abandon parle aussi de la fin d’un certain modèle social et d’un mode de vie. Là encore, les cartes semblent battues d’une façon qui n’existe plus guère aujourd’hui où les paysages sont soit industriels ou post-industriels, soit campagnards. Ici, tout coexiste, cohabite, tout s’interpénètre. Visuellement, c’est bien entendu quelque chose de formidable à exploiter, et cela permet aussi d’enrichir la psychologie et le parcours de Jimmy. Notez que, Une enfance, hélas, pourra être considéré et de façon indirecte comme un documentaire puisque les cités ouvrières où vit Jimmy ainsi que les jardins qui en dépendent ont été malheureusement détruits et rasés dès la fin du tournage ».

« Tous les lieux filmés sont ceux de mon enfance. Et curieusement, cela n’a pas beaucoup changé. Les chemins, les coteaux, les champs, les boqueteaux où je me promène sont ceux-là même où je me promenais enfant. Quand je vais à la pêche, c’est au bord des mêmes canaux, des mêmes étangs, des mêmes rivières que jadis. Nous traversions le barrage sur la Meurthe pour aller explorer l’Île aux corbeaux, comme Jimmy et Kevin le font dans le film. Nous piqueniquions près de l’ancienne piscine, comme eux avec leur grand-mère. Nous nous baignions aussi déjà dans le port du canal de la Marne au Rhin face à l’usine. Dans la scène où les enfants boivent de l’eau dans le cimetière, on voit dans l’arrière-plan la maison de mes parents qui sont morts maintenant. Ma maison d’enfance. Le cerisier sur lequel ils chapardent les fruits a été planté par mon père. Il y a dans tout le film une matière très intime, des échos constants à ma vie passée, à ma vie présente. »

Philippe Claudel (Dossier de presse officiel du film)

Une production soutenue par la région Lorraine.

Présence de la région Grand Est dans le film :

  • scènes à Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle) : l’usine Esco, la rue Sainte-Hélène, l’école Marcel Leroy, les rives de la Meurthe, etc.
  • scènes à Nancy (Meurthe-et-Moselle) : le parc de la Pépinière
  • scènes à Saint-Nicolas de Port (Meurthe-et-Moselle)
  • scènes à Damelevières (Meurthe-et-Moselle)

L’histoire se déroule l’été des 13 ans de Jimmy (Alexi Mathieu), un enfant qui « se cogne aux limites de sa petite ville et de sa vie heurtée ». La ville de Dombasle-sur-Meurthe est très présente dans le film puisque toute la vie de Jimmy s’y résume : son logement exigu, son école, ses camarades, ses terrains de jeu où il erre, le terrain de tennis dont il rêve. Obligé de s’occuper de son petit frère Kévin (Jules Gauzelin), il assume le rôle de chef de famille, rôle délaissé par les adultes du foyer. Dans une scène, son beau-père (Pierre Deladonchamp) le contraint à aller chercher de la drogue chez un dealer en lui confiant la somme d’argent nécessaire. Le sujet est lourd ; le film sombre.

Dans cette noirceur, quelques scènes illuminent l’écran. Parmi elles, celle dans laquelle Jimmy emmène Kévin au parc de la Pépinière à Nancy. Si les deux enfants habitent à la lisière de la cité, une seule séquence les autorise à quitter la petite ville de Dombasle-sur-Meurthe pour la grande métropole nancéienne. Lors de sa course, Jimmy a subtilisé un billet de vingt euros sur le montant donné par Duke. La scène suivante, il achète deux cornets de glace que les frères dégustent sur un banc. Des vingt-trois hectares du célèbre parc de la Pépinière, Philippe Claudel montre le marchand de gourmandises et la roseraie situés au centre du parc.

En moins d’une minute, le lieu est présenté comme un havre de paix, comme une parenthèse enchantée dans le quotidien des deux garçons. Même si la séquence est teintée de joie, n’occultons pas que les frères se trouvent essentiellement entourés d’autres enfants accompagnés, contrairement à eux, de leur famille. Kévin se plaint également à ce moment que les sachets de drogue cachés dans son slip lui provoquent des démangeaisons. À cet instant aussi, le désordre habituel ne les quitte pas.

L’insertion visuelle du parc de la Pépinière n’est pas assortie de mention orale. Il est donc probable que le public ne reconnaisse pas nécessairement le territoire nancéien. Pour Philippe Claudel, il s’agit avant tout d’ancrer la scène dans un lieu aux attributs particuliers et évocateurs : un espace de nature, entretenu et dédié aux loisirs.

Si le parc de la Pépinière est symbolique dans le film, Dombasle-sur-Meurthe reste le lieu phare de l’histoire. Philippe Claudel précise dans le dossier de presse du film, « Dombasle structure le récit de mon film ». Plus qu’un décor placé en arrière-plan, il confère au placement territorial filmique une fonction narrative primordiale : « J’avais envie de raconter Dombasle […] de raconter les paysages de Dombasle. […] Et j’avais très envie de filmer la rue Hélène ». Après le passage du tournage, la rue a été détruite. Le réalisateur tenait à immortaliser ce lieu particulier dans son film : «  J’aime tellement cette rue que j’avais envie de construire une histoire autour pour la fixer un petit peu en cinéma » (France3 région Lorraine, 9 juin 2014).

Nous comprenons que le point de départ de l’histoire est le territoire. Philippe Claudel affirme qu’il a imaginé tout son film à partir de celui-ci. Dombasle-sur-Meurthe forge la personnalité et l’histoire de Jimmy mais il fonde surtout le récit. La ville, grâce à ses nombreux visages, bâtit le film, scène après scène. S’il avait été tourné dans un autre endroit, le film n’aurait pas raconté la même histoire. Dans ces trois illustrations, le territoire élabore et porte la trame narrative du film ; cette insertion territoriale filmique est alors irremplaçable.

 

Synopsis : Au cours d’un trop long été, Jimmy, un enfant de 13 ans que les circonstances forcent à devenir trop vite adulte, se cogne aux limites de sa petite ville et de sa vie heurtée, entre une mère à la dérive et un beau-père qui le tient sous sa coupe.