Est Républicain / Républicain Lorrain

Grand Est Entretiens de la biodiversité : les forêts du Grand Est font leur cinéma

En marge des Entretiens de la biodiversité 2021, le parc animalier de Sainte-Croix propose aux visiteurs une déambulation à la découverte des coups de projecteurs donnés sur les forêts du Grand est par le cinéma. en collaboration avec le projet Materciné menée par deux enseignantes-chercheuses du centre de recherche sur les médiations de l’Université de Lorraine.

Par Hervé BOGGIO.
 
Les Forêts du Grand Est, un territoire sous les projecteurs du cinéma : une exposition à découvrir en marge des entretiens de la biodiversité au parc de Sainte-Croix à Rhodes. Photo RL
 

Les forêts du Grand Est sont des stars à leur façon. Du moins le Septième art leur a-t-il réservé une place de choix comme le montre l’exposition Les forêts du Grand Est, un territoire sous les projecteurs du cinéma, visible en marge des entretiens de la biodiversité qui se déroulent jusqu’au dimanche 30 mai au parc animalier de Sainte-Croix à Rhodes.

Une déambulation proposée en lien avec le projet Materciné que conduisent actuellement deux enseignantes-chercheuses du centre de recherches sur les médiations (Crem) de l’Université de Lorraine, Delphine Le Nozach et Violaine Appel. Ce projet s’intéresse de manière plus large à la présence de la région Grand Est dans les longs-métrages de fiction sortis en salle depuis la naissance du septième Art (1898) jusqu’à aujourd’hui.

Le Tourbillon de la vie !

Une occasion de découvrir ou redécouvrir cette « présence » boisée à l’écran dans des œuvres tels Champ d’honneur (1987) de Jean-Pierre Denis, tourné pour partie dans les Vosges et dans le pays de Bitche, et qui situe son intrigue au cœur de la Guerre de 1870 ou encore dans Survivre avec les Loup (2008) s de Véra Belmont qui montre la forêt comme un endroit dans lequel se mettre à l’abri de la cruauté des Hommes. Le sentier qui serpente entre les panneaux d’expo est aussi l’occasion d’apprendre que les scènes filmées dans un chalet du cultissime Jules et Jim (1962) de François Truffaut, scènes à la faveur desquelles Jeanne Moreau interprète la chanson Le Tourbillon de la vie , ont été tournées dans des refuges des Vosges alsaciennes. Plus étonnant encore, on découvrira que certaines scènes du sulfureux Baise-moi de Virginie Despentes ont également été tournées dans les Vosges.

Incontournables

Une forêt vosgienne qui mériterait sans doute un César puisqu’également présente dans des productions incontournables telles que Les Grandes Gueules (1965) de Robert Enrico ou encore Main dans la main (2012) de la Lorraine Valérie Donzelli.

Une promenade pour faire le plein d’images dans tous les sens du terme !

Républicain Lorrain

8 juin 2021

Autres articles de la revue de presse

Materciné étudie la diversité des marques territoriales dans le Grand Est

15 juin 2020

Découvrez le projet Materciné

VOIR LA SUITE

L’insertion créative des produits et des marques dans le cinéma

2 juin 2020

VOIR LA SUITE