Retour de Richard III par le train de 9h24

  • Nationalité : française
  • Année de production : 2019
  • Réalisateur : Eric Bu
  • Scénaristes : Gilles Dyrek
  • Production : Atlan Films

Présence de la région Grand Est dans le film

  • scènes à Coussegrey  (Aube) : rue principale, gare…
Photo de tournage. Crédit : L’Est Éclair.

Le 17 août 2018, l’équipe du film s’est installée au 14, Grande-Rue, dans l’ancienne ferme acquise en 2005 par Stéphane Sansonetti et Valérie Tailland, son épouse. Le premier est producteur depuis quinze ans (documentaires, dessins animés) et la seconde chargée de communication, spécialement pour des séries TV (Versailles, Le bureau des légendes). Stéphane (Atlan Films) coproduit le film avec Alexis Bougon (Samsha Productions) pour un budget d’« un peu plus de 600 000 euros ».

Ce low budget les a conduits à tourner là ce huis clos qui mêle comédie et drame sur un mode « choral » – la demeure a du cachet et il y a de l’espace. L’histoire est celle de « PH (personnage qu’interprète Hervé Dubourjal – NDLR), qui, afin de renouer avec sa famille (dont sa sœur Sophie Forte – NDLR), la réunit dans un gîte à la campagne. Sauf que les différents membres sont des comédiens ! Un subterfuge qu’il a imaginé pour régler ses comptes et mourir en paix », résume Gilles Dyrek.

Photo de tournage. Crédit : L’Est Éclair.

Du salon aux chambres, en passant par la cuisine, la plupart des pièces servent de décors. En plus, une structure en bois avec des voilages – fabriquée dans un hangar attenant – a été mise en place dans la cour. Voilà pour le théâtre principal de l’action. Mais d’autres scènes ont été filmées dans la rue principale… bloquée pour l’occasion. Et dimanche, dernier jour de tournage, le final sera mis en boîte à l’église. Pour la figuration, Stéphane Sansonetti a fait appel à des habitants de Coussegrey, Lignières et Bernon. Au total une cinquantaine de personnes.

Déjà, par petits groupes, des riverains sont venus assister au tournage. On en a même vu discuter avec une Sophie Forte contente d’être ici. D’autres ont reconnu Hervé Dubourjal pour l’avoir vu dans une pub. Depuis le début, « Mme le maire, Dominique Foutrier, nous a soutenus, mettant à notre disposition l’école. Même chose à Lignières, dont le maire nous a prêté un appartement de fonction vacant, où le reste de l’équipe technique est logé », tient à souligner Stéphane.

Photo de tournage. Crédit : L’Est Éclair.

ll est vrai qu’elle compte une vingtaine de professionnels : chef opérateur (celui de Camille redouble), lequel dispose de « deux caméras et un drone », décorateur, maquilleuse, costumière, « électros »… Avec les comédiens, ils forment une vraie « troupe ». Après le boulot, on fait griller des saucisses, on tape le carton et on chante ensemble. Sans que personne ne joue à la star. Surtout pas Alexis Bougon, qui fait la popote pour tout le monde !

Photo de tournage. Crédit : L’Est Éclair.

(Source : L’Est Éclair, 30/08/2018)

Synopsis : Se sachant condamné par la médecine, Pierre-Henri réunit sa famille dans une maison de campagne pour renouer le dialogue avec elle. Mais les membres de cette belle assemblée semblent jouer une drôle de partition. Et pour cause : ce sont des comédiens, embauchés par PH pour remplacer chacun de ses proches, disparus dans un accident d’avion dix ans plus tôt…